Logo
< Programme of TKIP

Programme du TKIP (Fr)


Introduction

Le capitalisme impérialiste est devenu la veille de la révolution socialiste en raison du niveau de son développement, les contradictions qu'il a aggravé et la décadence qu'il a connu. L'internationalisation des forces productives, la socialisation très avancée de la production et l'accumulation de richesses énormes, ont fait murir  les conditions pour la révolution prolétarienne et le socialisme dans le monde. La solution de cette époque déterminant une contradiction entre le capitalisme et le socialisme est entré dans l'ordre du jour de l'histoire. La victoire de la Grande Révolution socialiste d'Octobre a inauguré l'ère des révolutions prolétariennes, l'âge de la transition du capitalisme au socialisme à l'échelle globale. Cette nouvelle ère a trouvé son expression explicite dans la chaîne des révolutions qui couvre la plus grande partie du 20e siècle et les processus de l'édification socialiste.

Le bilan de plusieurs centaines d’années incluant les guerres impérialistes, qui ont deux fois conduit l'humanité à des massacres de masse, d'innombrables guerres régionales réactionnaires, la barbarie fasciste, de "grandes crises", avec des conséquences destructrices, de fortes luttes de classes, des guerres civiles et des révolutions, prouve que le système capitaliste mondial se tord dans des contradictions incurables et que comme un système historique, il est entré dans une phase de dépression générale.

Les problèmes et les contradictions et, partant de là, la base matérielle engendrant l'orientation vers la révolution et le socialisme et les forces sociales portant cette orientation en avant restent en place.

La nouvelle vague de la révolution mondiale va commencer à un point de plus favorable à la fois en ce qui concerne les conditions matérielles et l'expérience historique et cette fois-ci les conditions seront plus favorables pour la victoire finale à tous les égards.

PREMIÈRE PARTIE

Le caractère international du capitalisme confère ainsi un caractère international à la lutte révolutionnaire de classe du prolétariat. C'est la raison derrière l'ultime but commun vers lequel l'action historique du prolétariat de tous les pays est dirigée. Pour arriver à ce but ultime, le prolétariat de chaque pays doit faire face d'abord et avant tout à la tâche révolutionnaire de vaincre sa propre classe bourgeoise. La cause commune historique des travailleurs de tous les pays, à savoir, la libération de l'esclavage capitaliste et toutes ses conséquences, et la réalisation de la société sans classes, est la base matérielle de l'internationalisme prolétarien. Fermement attachée aux principes de l'internationalisme prolétarien, à la fois dans la pensée et l'action, les travailleurs du Parti communiste de Turquie (TKIP) se considèrent comme le détachement d'avant-garde révolutionnaire du monde de l'armée prolétarienne en Turquie.

 

I

Capitalisme

1) le mode de production capitaliste est fondé sur la production généralisée de marchandises et l'exploitation du travail salarié par le capital. L'évolution économique conduisant à l'émergence de ce mode de production ruine de façon constante les petites entreprises de Travailleurs (paysans et artisans) en fonction de leur propre travail et des moyens de production. En les séparant des moyens de production, le capitalisme transforme les travailleurs en prolétaires sans propriétés. Il concentre la plus grande et la plus décisive portion des moyens de production entre les mains de quelques capitalistes et grands propriétaires terriens, qui se les approprient comme leur propriété privée.

2) Afin de gagner leur vie, un nombre de plus en plus grand de prolétaires est obligé de vendre leur force de travail aux capitalistes, qui monopolisent les moyens de production. Ainsi, ils augmentent durablement le capital et la richesse des capitalistes avec leur propre travail.

La soumission du travail salarié au capital et son utilisation systématique de l'exploitation ultérieure par ce dernier, est à la base de l'ordre social capitaliste. Ceci est la véritable source de toutes sortes de privations, d'oppression, de soumission, d'humiliation, d'ignorance, de précarité en ce qui concerne l'avenir, la dégénérescence physique et morale que les masses prolétariennes et semi prolétariennes vivent.

3) Comme la supériorité économique et technique de la production à grande échelle conduit à la concentration progressive et la centralisation du capital, il condamne les paysans et les artisans, en s'efforçant de préserver leur capacité à survivre en dépit des circonstances défavorables, et du règne d'oppression du capital.

4) L’extension de l'emploi du travail des femmes et des enfants d'une part, le développement constant de la technique d’autre part, conduit à une diminution relative de la demande de la force de travail vis-à-vis de l'offre de travail de l'autre. Cette croissance de l'armée industrielle de réserve de main-d'œuvre se transforme le chômage en un trait structurel de l'ordre capitaliste. Il renforce la dépendance des travailleurs envers le capital, augmente leur précarité quant à l'avenir, et fournit une base pour l'intensification de l'exploitation.

5) Ce processus est aggravé par des crises périodiques de surproduction résultant d’un développement non planifié et anarchique de la production sociale. L'expression de la révolte de la production socialisée contre la forme d'appropriation privée, ces crises conduisent à la perte de la richesse publique, à créer un chômage de masse de dimensions gigantesques, à accélérer la destruction des petits producteurs et à accroître la pauvreté et la misère des masses. La précarité concernant l'avenir devient un problème général qui touche tous les travailleurs.

6) Toute augmentation de la richesse publique engendrée par le développement des forces productives enrichit la classe capitaliste et conduit à la paupérisation relative ou absolue des masses laborieuses. Une augmentation de la richesse publique va de pair avec une augmentation des inégalités sociales. La polarisation entre la richesse et la misère se développe progressivement et le fossé entre la classe capitaliste et  les Travailleurs s’approfondit.

7) La domination économique de la bourgeoisie trouve son expression politique dans l'Etat capitaliste, un instrument de répression et de contrôle sur les ouvriers et des travailleurs. L’Etat bourgeois contemporain est le gardien de la primauté du capital sur le travail salarié. Quelle que soit sa forme, cette essence de classe et la fonction de l'État bourgeois reste inchangées. La domination économique de la bourgeoisie est aussi à la base de son emprise sur la vie culturelle et idéologique de la société.

8) la domination de classe bourgeoise fondée sur l'ordre de la propriété privée est aussi la source de la réaction politique, de la guerre, de l'oppression nationale et des hostilités, de l'asservissement social et de l'esclavage des femmes.

 

II

Révolution sociale, le socialisme et le communisme

9) Dans le cadre de son développement, le capitalisme crée la classe destinée à creuser sa tombe et les conditions économiques de sa propre destruction.

Proportionnellement à l'apparition et à l'aggravation des contradictions spécifiques du capitalisme, la solidarité des prolétaires qui croît durablement en nombre à la suite du développement capitaliste et qui sont unis et disciplinés par le processus de production capitaliste, se renforce. La lutte des prolétaires contre les capitalistes prend progressivement la forme d'un conflit entre la classe ouvrière et la bourgeoisie, les deux classes antagonistes de la société bourgeoise. Cette lutte se développe dans la lutte de la classe ouvrière pour sa libération de la domination insupportable au capitalisme.

Socialisation du travail, des moyens de production et le processus de production, le développement capitaliste crée les conditions matérielles économiques d'une société socialiste.

10) La classe ouvrière est le produit le plus avancé du capitalisme, c'est la seule classe entièrement révolutionnaire. Dans telle ou telle mesure, toutes les autres classes restent dans le domaine de la propriété privée. Par conséquent, ils favorisent la préservation des fondements de l'actuel système économique. Condamné à la ruine par le capitalisme, les travailleurs petits propriétaires deviendront vraiment révolutionnaires lorsqu’ils réaliseront le désespoir de leur situation et adopteront le leadership du prolétariat.

11) L'émancipation de la classe ouvrière ne peut être gagnée que par la classe ouvrière elle-même. La classe ouvrière doit atteindre sa véritable libération seulement par la lutte pour l'émancipation de l'humanité tout entière.

12) La libération sociale préparé par le processus général de développement du capitalisme est la condition de base pour l'émancipation du prolétariat. «Les expropriateurs sont expropriés» par cette révolution. La propriété privée capitaliste des moyens de production est terminée et ces moyens sont transformés en biens publics. La production des produits de base orientée vers le profit capitaliste est remplacée par la production de biens et de services par la société tout entière, pour le bénéfice de tous les membres de la société et leur bien-être et leur développement dans toutes les directions. L’absence de plan, l'anarchie et la concurrence dans la production sociale et avec elle toutes les conséquences destructrices qui en découlent (crises, chômage, gaspillages de la richesse publique, guerres, pollution de l'environnement, etc) sont éliminées.

13) L'objectif ultime du prolétariat est l'abolition de la division de la société en classes et de toutes les politiques et les inégalités sociales résultant de cette division.

Dans la société communiste sans classes qui doit arriver à la suite d'une période de transition historique, l'exploitation de l'homme par l'homme viendra à sa fin. Le travail cesse d'être une corvée et un impératif de gagner sa vie, elle est devenue une exigence naturelle de la vie. La subordination esclavagiste par la division du travail et avec lui la distinction entre le travail intellectuel et manuel doit disparaître. L'inégalité entre les hommes et les femmes et toutes ses manifestations devraient fondre. Ensemble, avec le démantèlement de toutes sortes de barrières entre les nations, les frontières étatiques aussi devraient être supprimées. La science, la culture et l'art sont devenus des domaines d'activité où tous les individus doivent être en mesure de participer librement. Les inégalités entre ville et campagne devraient disparaître. L'équilibre et l'harmonie entre l'homme et la nature doit être rétabli à un niveau plus avancé. Et avec tous ces développements, la distinction entre les gouvernants et les gouvernés doivent disparaître et l'Etat doit disparaître complètement.

Dans cette société communiste de l'avenir, que l'humanité ne peut atteindre que dans un cadre universel, la croissance des forces productives libérées de toutes sortes de fers doivent atteindre un niveau très élevé et les sources de la richesse collective doivent s'écouler en abondance; donc l'horizon étroit du droit bourgeois est transcendé entièrement et de manière décisive et la société est devenue capable d'inscrire sur ses drapeaux: "De la part de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins."

14) Ce n'est que par la conquête du pouvoir politique que le prolétariat peut marcher vers son objectif ultime. La domination de classe de la bourgeoisie doit être renversée violemment et doit être remplacée par un état de transition, la dictature du prolétariat.

15) Le Parti communiste est le représentant et la sauvegarde de la position de classe indépendante et des intérêts du prolétariat. Il guide la classe ouvrière dans la lutte pour s'acquitter de ses tâches historiques. Il conduit la classe dans sa lutte quotidienne et relie cette lutte à l'objectif de la révolution sociale. En démontrant l'abattement de leur sort dans des conditions du capitalisme, le Parti communiste tente de gagner d'autres couches opprimées et exploitées à la cause de la lutte de libération du prolétariat.

 

III

Impérialisme et processus de la Révolution mondiale

16) Le processus de concentration et de centralisation de la production et du capital, a mis en avant le rôle déterminant que les monopoles ont joué dans la vie économique. Le capital financier est né de la fusion du capital bancaire et du capital industriel et l'exportation des capitaux a acquis une position décisive. Le monde a été divisé par les grandes puissances économiquement et territorialement. Cette étape dans le développement du capitalisme, ce qui correspond à peu près avec le début du 20e siècle, a inauguré l'époque de l'impérialisme.

L'impérialisme nu, un résultat direct des tendances de base et des lois de développement du capitalisme, a aggravé, généralisé à l'échelle mondiale toutes les contradictions et les antagonismes de celui-ci et en a ajouté de nouveaux d'une importance fondamentale.

17) La concurrence impitoyable entre les monopoles impérialistes qui fait rage à l'échelle mondiale, a pris la forme d’une lutte violente entre les États impérialistes pour les marchés, les sources de matières premières, les champs de rentabilité des investissements et des sphères d'intérêt en général. Encore aggravée par le développement inégal, ce combat est devenu la source du militarisme d'une ampleur sans précédent et des guerres impérialistes pour la domination du monde.

18) La subordination des pays faibles et des nations économiquement, financièrement et politiquement à une poignée d'Etats impérialistes et leur asservissement par eux, a abouti à la généralisation de l'oppression nationale et de l'exploitation. Ceci a préparé le terrain pour la révolte et les luttes de libération des opprimés et des peuples exploités contre l'exploitation impérialiste et l'assujettissement.

19) L'impérialisme a donné un caractère international aux crises financières et économiques. Il les a rendues beaucoup plus aiguë et destructrices. La structure hiérarchique du système a facilité le rejet du fardeau de la crise sur les pays faibles et dépendants. Il en est résulté des problèmes chroniques et de sévères ruines dans la vie sociale et économique des pays dépendants.

20) L'impérialisme est une tendance à la violence et à la réaction, elle est la principale source de toute réaction dans le monde contemporain. Le fascisme est la forme concentrée de la réaction bourgeoise au stade de l'impérialisme. Quand elle devient institutionnalisée, la réaction bourgeoise prend la forme du fascisme.

21) L'impérialisme est le capitalisme décadent et parasitaire. Les monopoles impérialistes entravent le libre développement des forces productives en limitant le progrès technique ou en l'employant dans des domaines destructeurs lorsque la maximisation du profit l'exige. En dépit des progrès immenses de la science et la technologie, le monopole du capital entrave l'utilisation des fruits de ces progrès pour le bénéfice de la grande majorité de l'humanité. La souffrance de centaines de millions de personnes de la faim, la maladie et le manque de soins et des décès de masse sont le reflet tragique de l'extrême décadence du système. L'utilisation de la science et la technologie dans le cadre de la cupidité capitaliste pour le profit, a ainsi conduit à la spoliation sans restriction et sans pitié de la nature. Cela a entraîné une ruine écologique qui présente un grand danger pour la civilisation et l'espèce humaine.

22) Le parasitisme et la putréfaction du capitalisme impérialiste se manifeste aussi par les phénomènes suivants qui ont acquis des dimensions énormes:

  • L'exportation des capitaux et une dette impérialiste internationale mène à la soumission des peuples. La croissance progressive des couches de rentiers soutenue par ces phénomènes. La domination du capital spéculatif. Les bourses qui ont été transformés en maisons de jeu moderne international. La nature criminelle croissante des économies capitalistes.
  • Le chômage chronique qui atteint des hauteurs considérables. La séparation de centaines de millions de personnes, qui sont exclues de la vie sociale. L'emploi de centaines de millions d'enfants travailleurs sous le régime de l’esclavage en dépit de cela. La croissance excessive des secteurs marginaux et improductifs (publicité, la consommation de luxe, l'industrie militaire, etc) Une population largement parasite utilisée dans l’appareil de la répression, l'idéologie et la propagande.
  • D'immenses ressources allouées au militarisme et la guerre. Une série d'interventions impérialistes et de guerres réactionnaires en chaines. Bains de sang ethniques et religieux. La terreur d'État systématique, les massacres et la torture fasciste. La nature criminelle croissante de l'État, l'augmentation et l'institutionnalisation de la corruption, la corruption et toutes sortes d'entreprises sournois et sombre. Le fascisme, le racisme, la xénophobie et le nationalisme chauvin.
  • La dégénérescence culturelle et la ruine morale. De terribles ravages et l'aliénation dans les relations humaines. La croissance de la pornographie et la prostitution dans les secteurs gigantesque. L'augmentation de la propagation de l'alcoolisme et la drogue. Dépolitisation des masses, la passivité intellectuelle et déculturation. Renforcement de la réaction religieuse et le fanatisme et toutes sortes de faux cultes et superstitions.

23) Le terrible et destructeur niveau de parasitisme et de dégénérescence que le capitalisme d'aujourd'hui a réalisé, confronte l'humanité à un dilemme: «Sombrer dans la barbarie ou le socialisme!" de manière plus urgente que jamais. La révolution mondiale à accomplir sous la direction du prolétariat, est la seule solution qui peut sauver l'humanité de la barbarie du capitalisme et de la répression, l'exploitation et l'asservissement et la ruine et désastres des guerres de l'impérialisme.

24) La classe ouvrière aussi est influencé par le parasitisme et le déclin de l'impérialisme. Une petite partie de la classe ouvrière, alimenté par les miettes de surprofits impérialistes, est corrompue. Cette couche privilégiée comprenant aristocratie ouvrière et bureaucratie syndicale, est le meilleur lieutenant de la bourgeoisie pour garder de larges sections de la classe ouvrière sous contrôle. Cette couche est la proposition sociale du réformisme social qui se manifeste comme le révisionnisme et l'opportunisme. Une lutte efficace contre ces tendances réformistes sociales, qui trouvent une base sociale parmi les classes moyennes dans les pays dépendants, est une partie inséparable de la lutte de la classe ouvrière pour le pouvoir révolutionnaire.

25) Le processus actuel de l'internationalisation du capitalisme a été lié à de profondes contradictions, des distorsions et des difficultés. La globalisation impérialiste a profondément aiguisé les inégalités profondes entre les classes, les pays et les régions et amenant des conséquences destructrices et désastreuses. Le processus par lequel l'impérialisme consolide son hégémonie subjugante sur le monde entier par le biais de nouveaux types de relations et d'institutions, est accompagnée par la formation de blocs, de contradictions aigues, et de la concurrence impitoyable entre les impérialistes.

26) La réponse du prolétariat révolutionnaire à la mondialisation impérialiste est l'internationalisme révolutionnaire et sa solution à la précédente se situe dans la révolution mondiale et le socialisme. Le niveau actuel de l'internationalisation des forces productives a créé une forte base pour la lutte de classe du prolétariat et la révolution prolétarienne. Tant les obstacles et les problèmes et les méthodes de les transcender et de les résoudre ont été internationalisés. À l'heure actuelle, divers organismes à différents niveaux pour servir la lutte des classes révolutionnaire internationale sont plus impératifs que jamais et objectivement possibles.

27) À l'heure actuelle, la socialisation des moyens de production a atteint des niveaux très avancés, et une accumulation énorme de richesse et de la capacité de production suffisante pour faire vivre tous les êtres humains dans le bien-être et le bonheur est apparue. Cependant, aujourd'hui, en raison de la propriété privée de cette richesse et des moyens de production par une poignée de monopoles des multinationales, la majorité écrasante des êtres humains sont condamnés à languir en désespoir. Cette contradiction universelle peut être résolue par la révolution prolétarienne mondiale.

28) Comme l'expérience du 20e siècle l’a prouvé, en raison de la politique économique et les inégalités de développement dans différentes parties du système mondial capitaliste, les processus révolutionnaires mondiaux sont vouées à évoluer comme une chaîne de révolutions qui se succèdent à intervalles différents et couvrent une période historique. Ce processus doit progresser à travers la rupture du ou des maillons les plus faibles de la chaîne, là où les conditions ont évolué de manière objective dans leur ensemble, grâce à l'augmentation des liens rompus et se développer dans l'Union des républiques socialistes du monde.

 

IV

L'expérience du socialisme

29) La période historique du socialisme qui a laissé sa marque sur le 20e siècle, a été laissé pour compte. L’évaluation de l’héritage pratique et théorique de cette période sur la base de la méthode marxiste scientifique, est une exigence primordiale. Tant que le mouvement révolutionnaire prolétarien international ne sera pas armé avec les leçons de cette période, il ne sera pas en mesure de préparer lui-même les tâches historiques de l'avenir, qui doivent transcender celles du passé.

30) Il existe de grandes disparités entre les potentiels politiques de la révolution naissante et les potentiels économiques culturels de soutien dans la forme de la construction du socialisme dans différents maillons de la chaîne mondiale du capitalisme. Cette contradiction entre le potentiel de conquête du pouvoir politique et celui de la construction du socialisme découlent de la nature internationale de la révolution prolétarienne. Et cette contradiction ne peut être correctement résolue que sur le plan international, à travers le cours des progrès de la révolution mondiale.

31) Se dressant sur les fondations économiques et culturelles créées par le capitalisme, le socialisme, en tant que civilisation plus avancée ne peut atteindre son but véritable que dans un cadre universel. Le fait que la transition vers le socialisme est effectuée par les maillons les plus faibles, ne dément en rien cette vérité. Partant de la dialectique de l'histoire, cette circonstance prouve seulement que les processus de l'édification socialiste dans des pays particuliers seront confrontés à une série de problèmes jusqu'à ce qu'ils soient résolus dans un cadre universel.

32) La nécessité de trouver des solutions appropriées à ces problèmes, diffère fondamentalement de la notion de «socialisme national», qui prend le cadre national comme une fin en soi. Le prolétariat d'un pays, face à la question de la transition au socialisme, devait prendre soin de ne jamais dissocier le sort de sa révolution du sort de la révolution internationale, si elle veut garantir ses gains.

33) Le socialisme est le produit de l'action consciente des masses laborieuses unies sous la direction de la classe ouvrière. Il trouve son véritable sens dans l'émancipation des Travailleurs et la mise en place de leur contrôle sur la production et l'administration. La démocratie prolétarienne en constitue le moyen et la protection. Un pouvoir d'Etat socialiste et le Parti guidant ce pouvoir politique peut avoir été l'architecte et l'héritier de la tradition la plus révolutionnaire ; si toutefois, ils ne sont pas basées sur la vie politique et efficace ininterrompue des masses et si leur pouvoir d'Etat ne se nourrit pas à partir de cette source elle-même, ils perdront leur idéalisme révolutionnaire, dégénéreront et tomberont en décadence. Une vie politique des masses illimitée, vivante et culturelle active constitue la seule garantie réelle à cet égard.

34) La classe ouvrière est la seule force capable de construire le socialisme et d’atteindre le communisme. La dictature du prolétariat implique la tenue du pouvoir politique par cette classe, à partir de plus bas échelons vers les sommets du pouvoir d'Etat central et son commandement de la société dans son ensemble. Le Parti n'est pas la classe elle-même, mais une petite minorité de celui-ci. Sa mission historique est de ne pas prendre en charge la mission historique de la classe ouvrière, mais de conduire la classe dans la réalisation de cette mission. Il a le devoir d'élever sans cesse la classe à son niveau et ainsi peu à peu à se faire historiquement redondant.

35) L'expérience du socialisme a prouvé qu'il existe un certain écart entre la capacité de la classe ouvrière pour renverser l'ordre ancien et sa compétence pour diriger la construction de la nouvelle société, il a également montré que cet état de choses présente une série de problèmes. Déployer tous les efforts pour faire que la classe ouvrière devienne la force dominante de premier plan dans la construction de la nouvelle société et atteindre le niveau politique et culturel nécessaire pour cela, est la tâche pré requise du parti du prolétariat.

36) La transition du capitalisme au communisme, composé de phases plus basses et plus hautes, est un processus historique intégral et dynamique. Le socialisme n'est pas un ordre social indépendant, c'est plutôt la période de transition dynamique entre le capitalisme et le communisme caractérisée par des transformations révolutionnaires continues de l'un à l'autre. C'est la raison pour laquelle la poursuite de la révolution sous la dictature du prolétariat est absolument nécessaire. Il s'agit d'un processus révolutionnaire, qui n’est pas seulement économique, mais aussi fait  de transformations idéologiques et culturelles radicales et libère systématiquement l'énergie politique de la classe ouvrière et des travailleurs.

37) Même après la liquidation des classes exploiteuses, la source des contradictions de classes antagonistes, les classes, les contradictions de classe et, partant, les luttes de classes en supposant différentes manifestations, resteront sous la dictature du prolétariat. Cette lutte, beaucoup plus difficile et complexe que la lutte entre les classes qui s'affrontent ouvertement, doit être menée sur tous les fronts de l'économie à l'idéologie et la culture. Cette lutte ne peut pas se contenter de cibler les restes de la classe capitaliste, elle a aussi pour objectif la nouvelle bourgeoisie susceptible d'émerger au sein du parti et de l'appareil d'Etat.

38) L'élimination des classes nécessite l'élimination de toutes les distinctions de classe entre la classe ouvrière et la paysannerie, entre le travail manuel et le travail mental,  entre les décideurs et les gouvernés/producteurs. Si cela n'est pas accompli, l'économie marchande et la loi de la valeur survivra dans le contexte de ces distinctions. Et le principe du «droit bourgeois» continuera à dominer les relations de la distribution. Cela signifie également la présence d'un terrain solide pour le renforcement des distinctions de classe et, partant, l'émergence du nouveau capitalisme et la bourgeoisie. Le processus de progrès de la construction socialiste, et la marche vers le communisme, est un processus d'éradication de cette base dans son ensemble.

39) Tant que le système impérialiste à travers le monde et les relations de production et de distribution enclins à la reproduction des distinctions de classe à la maison existe, le danger de la restauration se poursuit. Le flux ininterrompu de la révolution et la perspective de la révolution mondiale sont d'une importance décisive pour la victoire définitive.

40) La in de la propriété privée des moyens de production, n'est qu'une première étape historique de la transition vers la propriété publique. La transition vers la vraie propriété publique nécessite l'union complète des producteurs libre avec des moyens de production et de leur complet moyen de contrôle sur le processus de production. Ce processus va de pair avec le processus d'élimination de la distinction entre les gouvernants et les gouvernés et le dépérissement de l'État.

41) Réduire le socialisme à la propriété d'Etat et de la construction économique sur la base de l'économie planifiée, signifie s'écarter de l'essence du socialisme. Cela signifie une négligence ou d'un déni total de la question focale, qui est la libération des Travailleurs, leur participation active dans toutes les sphères de la vie sociale. Cette attitude conduit ainsi à une perception déformée du pouvoir socialiste. Ici, propriété de l'Etat est assimilée à la propriété publique et un fort pouvoir socialiste avec l'appareil d'Etat fort et l’appareil bureaucratique est enrichi sous le prétexte de «fortifier la dictature du prolétariat».

42) Ce processus de déformation bureaucratique met en avant une instance dirigeante armée avec des privilèges sociaux et économiques et avec un monopole sur le pouvoir politique, alors qu'elle exclut la classe ouvrière et des masses laborieuses de la vie politique. Une telle caste petite bourgeoise a été en mesure de réussir à élever sa position privilégiée au niveau de l'idéologie et du programme et de l'imposer sur le parti et le pouvoir politique en Union soviétique durant les années 1950. Ceci a ouvert la voie à la dégénérescence révisionniste et la restauration du capitalisme.

43) TKIP évalue l'expérience du socialisme dans un contexte théorique, dont les éléments sont décrits ci-dessus et il maintient son effort de comprendre cette expérience en vue de l'avenir. Il combine cet effort avec la lutte contre le dogme conservateur et les tendances libérales négationnistes.

 

DEUXIÈME PARTIE

V

Révolution en Turquie

A un niveau intermédiaire de développement, la Turquie est un pays capitaliste qui tombe dans la catégorie des pays dépendants de l'ordre impérialiste capitaliste mondial. La contradiction entre le travail et le capital, est l'axe principal déterminant toutes les contradictions et les conflits sociaux.

Au nom de la bourgeoisie monopoliste collaboratrice étayée par l'impérialisme, le pouvoir du capital est le représentant des intérêts de la classe commune de toutes les sections de la bourgeoisie. La moyenne bourgeoisie urbaine et rurale est une strate contre-révolutionnaire liée à la grande bourgeoisie avec des milliers de fils d'intérêt. Briser l'influence idéologique culturelle, et politique de la bourgeoisie moyenne sur les Travailleurs urbains et ruraux, est l'une des conditions fondamentales de la victoire de la révolution.

A partir des réalités fondamentales sociales, économiques, et politiques et qui caractérisent la Turquie, TKIP conclut que, notre société est confrontée à l'étape historique de la révolution prolétarienne. La révolution prolétarienne devrait mettre fin à la domination du capital et assurer la transition vers le socialisme. Il devrait résoudre les questions historiquement démocratiques non résolues définitivement et de façon permanente.

La victoire de la révolution prolétarienne est l'unique moyen de libération, non seulement pour la classe ouvrière et urbaine et rurale, mais aussi pour le paysan opprimé et l’artisan petit bourgeois, qui souffrent et qui sont quotidiennement écrasés sous le joug du capital.

En unissant le semi-prolétariat et les masses pauvres de la ville et de la campagne sous sa direction, la classe ouvrière doit détruire la domination de classe de la bourgeoisie, briser l'anse de l'assujettissement impérialiste et assurer la victoire de la révolution prolétarienne en tirant les petites couches de la bourgeoisie vers elle-même aussi loin que possible et au moins en neutralisant leurs parties supérieures.

À la suite de la victoire de cette révolution, d'abord et avant tout les mesures suivantes devront être prises:

A. Dans la sphère politique

1) le pouvoir d'Etat bourgeois doit être brisé; les instruments de domination de classe bourgeoise, l'armée, la police, la bureaucratie, le Parlement et toutes les autres institutions doivent être détruits et dissous.

2) Les assemblées révolutionnaires des travailleurs, travailleurs urbains et paysans pauvres, produits de l'initiative historique du prolétariat et des travailleurs et architectes de l'insurrection générale, prennent le pouvoir politique dans tous les domaines et à tous les niveaux. Le pouvoir politique des assemblées révolutionnaires à tous les niveaux unis sous la direction et l'orientation du prolétariat, est la forme concrète de la dictature du prolétariat.

3) Tous les membres des classes renversées doivent être désarmés. Toutes les tentatives de rétablir l'ordre ancien est écrasé sans équivoque. La défense de la révolution générale sera confiée à des travailleurs armés et semi Travailleurs du prolétariat de la ville et de la campagne. Le contrôle de tous les arsenaux et dépôts de munitions ainsi que les usines d'armement doivent être pris en charge par les assemblées de travailleurs.

4) L'assujettissement à l'impérialisme est terminé dans tous les domaines. Tous les privilèges accordés aux impérialistes sont supprimés, toutes les concessions, ouverts et secret indifféremment et traités oppressifs doivent être déclarées nuls et non avenus et les bases militaires impérialistes et les installations doivent être saisies. Toutes les tentatives faites par les impérialistes d'étrangler la révolution doivent être repoussées par la mobilisation totale des ouvriers et des travailleurs.

5) Toutes les libertés fondamentales des masses laborieuses sont reconnues immédiatement et intégralement. Le pouvoir d'Etat prolétarien ne doit pas se contenter de déclarer ces libertés sur un plan général, mais doit prendre toutes les mesures nécessaires pour veiller à ce que Travailleurs en bénéficie vraiment.

6) En combinant les pouvoirs législatif et exécutif, le pouvoir de l'Etat révolutionnaire du prolétariat doit faire tout son possible pour attirer l'appareil administratif plus près des masses et fusionner avec eux et d'assurer la participation de tous les Travailleurs à la conduite des affaires administratives. Cela assurera la participation active et continue des masses dans la construction du socialisme et de la solution de tous les problèmes économiques, politiques, culturels et militaires.

7) Tous les représentants et les fonctionnaires doivent assumer leurs postes par des élections et sont révocables par la majorité de l'électorat, qui sera dans l'obligation de maintenir un contrôle constant sur eux. Le salaire des représentants et des fonctionnaires ne peut pas être au-delà du salaire moyen d'un ouvrier qualifié.

8) Une administration locale autonome doit être mise en œuvre dans le cadre des principes généraux déterminés par le gouvernement central. Tous les administrateurs locaux sont élus et révocables par la population locale.

9) Le système judiciaire dégénéré de l'ancien ordre doit être démonté entièrement. Le Droit de la compétence est transféré à des tribunaux populaires, dont les membres sont élus par les travailleurs et les laboureurs. La vaste participation active des masses prolétariennes et laborieuses dans les affaires judiciaires par l'intermédiaire du système de jury doit être encouragée.

10) Le pouvoir de l'Etat révolutionnaire du prolétariat doit résolument adhérer aux principes de l'internationalisme prolétarien dans la pratique. Ce sera trahir la cause de l'internationalisme et la rupture de son avenir de celui de la révolution mondiale, si elle considère le pouvoir d'Etat du prolétariat comme une fin en soi. Il doit fournir un appui moral et effectif aux luttes pour la révolution et le socialisme dans le monde entier par tous les moyens à sa disposition.

11) Toutes diplomatie secrète dans le domaine des relations internationales doit être finie. En ce qui concerne la politique étrangère, un principe de transparence vis-à-vis des Travailleurs et des peuples du monde doit être mis en œuvre.

B. Dans le domaine économique

D'abord et avant tout la tâche du prolétariat dans la sphère économique, après la conquête du pouvoir politique, est l'expropriation immédiate de la grande bourgeoisie et les grands propriétaires terriens. Ce premier coup porté à des relations de propriété monopolistique, est seulement la première étape vers l'expropriation de la bourgeoisie dans son ensemble. Le prolétariat victorieux prend les mesures élémentaires suivantes dans le cadre de cette première étape:

1) Toutes les entreprises capitalistes de grande envergure appartenant à des impérialistes et à la grande bourgeoisie (usines, mines, centrales électriques, tous les réseaux de transport et de communication, des médias, les entreprises agricoles) sont confisquées sans compensation et nationalisées.

2) Toutes les banques, les institutions bancaires et toutes les compagnies d'assurance (y compris leur capital, les obligations, les dépôts et les stocks d'or) seront confisqués et nationalisés. Le système bancaire doit être centralisé dans une banque nationale unique.

3) Les réseaux du commerce de gros et de grands centres commerciaux sont nationalisés. Le commerce extérieur est devenu un monopole sous le contrôle du pouvoir de l'État prolétarien.

4) Tous les établissements industriels, financiers et commerciaux confisqués et tous les réseaux de transport et de communication doivent être placés sous l'administration et le contrôle de l’assemblée des travailleurs révolutionnaires. Tout les travaux de production et de distribution sont gérés et contrôlés par les travailleurs et les employés en service dans les établissements concernés.

5) Tous les biens des grands propriétaires immobiliers, tous les grands bâtiments, palais, hôtels, villas et tous les logements de luxe d'autres seront confisqués. Les grands bâtiments confisqués, salles de réunions et de conférences seront transférées aux organisations de travailleurs locales.

6) Les forêts, les lacs, les rivières, les sources d'eau douce et toutes les autres ressources naturelles deviennent propriété publique. Les mesures nécessaires doivent être prises pour étendre le bénéfice provenant de ces ressources à tous les membres de la société dans les parcs naturels, les promenades, les lieux de divertissement et de villégiature.

7) L'économie doit être réorganisée selon un plan démocratique visant à satisfaire les besoins fondamentaux et le bien-être du peuple et fondé sur la participation et le contrôle des Travailleurs. La production orientée vers la consommation de luxe est supprimée.

8) Une journée de travail de six heures est mise en œuvre immédiatement. Cette durée est réduite alors que l'économie se développe et augmente la productivité du travail. Sauf pour ceux qui sont incapables de travailler, une obligation générale de travail doit être appliquée.

9) À l'exception des besoins fondamentaux (santé, éducation, logement, transport, etc) qui seront financés par des fonds publics, le principe de Ato « chacun selon son travail "doit être appliquée pendant la première phase de la construction socialiste. Dans cette phase, la sphère de services gratuits est élargie grâce à l'augmentation de la productivité du travail et donc de la richesse. Ainsi, le champ d'application du principe «à chacun selon / ses besoins" doit être élargi jour par jour.

10) Les entreprises de taille moyenne non nationalisées au cours de cette première vague, seront placées sous un contrôle strict par le pouvoir de l'Etat prolétarien et les travailleurs employés dans cette entreprise. Les droits de propriété sur ces entreprises sont limités progressivement et entièrement aboli dans le temps.

11) Les Paysans et les entreprises artisanales est encouragés par divers moyens à former des coopératives et à s'unir dans des organisations collectives plus avancées. Aucune coercition ne doit être utilisée dans ce sens et le principe de la volonté doit être respecté.

C. Dans le domaine des questions sociales

1) L'émancipation des femmes: Une lutte déterminée et systématique doit être menée dans tous les domaines de la vie sociale pour assurer l'égalité entre les femmes et les hommes. Une discrimination en faveur des femmes doit être respectée afin de compenser les inégalités de fait héritées de l'ancienne société.

La maternité est une fonction sociale et tous les droits des femmes issues de cette fonction doivent être reconnus. Le problème des travaux ménagers et de la garde d'enfants conduisant à l'asservissement des femmes dans l'ordre ancien est résolu par la mise en place des institutions sociales.

TKIP est conscient du fait que l'élimination de tous les restes de l'inégalité réelle créée par l'oppression historique des femmes, doit s'étendre sur une longue période historique pendant laquelle la construction de la nouvelle société et la formation d'hommes nouveaux est effectuée. Conscient de cela, il se bat par une lutte systématique contre toutes les idéologies et les traditions qui asservissent les femmes et les humilient.

2) Education: Dans le cadre du pouvoir de l'Etat révolutionnaire du prolétariat, l'éducation doit servir à l'émancipation des Travailleurs et leur participation active dans la construction du socialisme, ainsi que l'élimination des classes. Une politique d'éducation scientifique, laïque et démocratique fondée sur la vision du monde matérialiste et les principes et les valeurs du communisme est poursuivie.

  • L'éducation à tous les niveaux doit être gratuite. Tous les instruments et le matériel nécessaires à l'éducation doivent être financés par des fonds publics.
  • Scolarité générale et polytechnique obligatoire jusqu'à l'âge de 17 ans. L'éducation doit être combinée avec le travail productif.
  • Un réseau d'institutions pour préparer les enfants à la vie scolaire (garderies, crèches et garderies et les écoles de l'éducation) est créé.
  • Un réseau de vastes programmes d'études supplémentaires institutions de l'éducation et de formation (bibliothèques, salles publiques, les salles de lecture, universités de Travailleurs, écoles professionnelles, cours, conférences, théâtres et cinémas, etc) doivent être organisées au profit des Travailleurs des zones rurales et urbaines.

3) Culture: TKIP considère la culture et l'art comme moyens fondamentaux dans la culture des nouvelles générations qui vont construire le communisme. Il se fait le champion de la culture progressive, démocratique et socialiste de l'humanité et la rend disponible pour le service de la société.

Des mesures doivent être prises avec un regard pour mettre fin à la culture et à l'art en tant qu’une occupation d'une petite élite et en faire une activité régulière sociale des masses. Des ateliers artistiques et culturels seront étendus à toutes les unités de l'éducation et à tous et aux zones résidentielles.

Toutes les œuvres culturelles et artistiques, éléments de la richesse publique, doivent être mises à la disposition de la société dans son ensemble. Toutes les richesses culturelles historiques héritées du passé doivent être conservées avec soin, présentées à la société et transmises aux générations futures.

4) Le logement et l'urbanisation: les logements nationalisés de la bourgeoisie sont mis à disposition pour l'utilisation des travailleurs et des laboureurs. Tous doivent être dotés de logements adéquats, sains et sécurisés. Le paiement du loyer (y compris les exigences de base, tels que l'électricité, l'eau et de chauffage) doit être réduit au minimum et éliminé dans le temps.

La nécessité d'une vie urbaine saine et équilibrée doit être consciencieusement observée dans la mise en œuvre des projets de construction de bâtiments. L'urbanisation doit être progressivement étendue vers la campagne. Le surpeuplement urbain hérité de l'ancien ordre doit être traitée par une intervention planifiée. Un système de gratuité des transports publics urbains doit être mis en place.

5) Santé: Tous les établissements de santé nationalisés doivent être transférés aux assemblées locales des ouvriers et des travailleurs. Toutes les personnes bénéficient de soins de santé et des médicaments gratuits. Un large réseau de santé publique doit être mis en place. Le service de médecine préventive doit être élargi.

Une lutte systématique doit être menée sur le plan social, contre toutes les maladies et les mauvaises habitudes héritées de l'ancien ordre, en particulier contre la toxicomanie et l'alcoolisme.

L'industrialisation et l'urbanisation doit être planifiée avec un œil pour la santé humaine et la protection de l'environnement.

Tous les types de sport de masse visant à protéger la santé spirituelle et physique de la population et à renforcer l'amitié et la solidarité, doivent être encouragés. Tous les types d'installations sportives sont étendus dans tous les sites de production et les zones résidentielles.

6) Ceux qui sont dans le besoin: les personnes âgées, handicapés, orphelins et autres groupes ayant besoin de soutien, doivent être protégés par le pouvoir de l'Etat révolutionnaire du prolétariat. Tous leurs besoins économiques, sociaux et culturels seront financés par des fonds publics. Toutes les mesures nécessaires pour assurer la participation des personnes handicapées dans la production et dans toutes les sphères de la vie sociale, conformément à leurs capacités, doivent être prises.

7) La protection de l'environnement: Une politique de production, d'urbanisation, d'énergie et des transports doit être suivie en observant la vitalité de l'environnement. Ceci est considéré comme une condition indispensable pour la santé de la société. Des mesures radicales doivent être prises pour éviter la destruction de l'environnement héritée du capitalisme et pour protéger l'environnement naturel, le sol, l'eau et l'air.

8) la justice prolétarienne: La notion et le système de correction vise à éduquer le criminel et à le remettre en état et consiste en des mesures pertinentes. Les prisonniers doivent être équipés avec la possibilité de mener des activités productives multiples. Les prisonniers réhabilités seront libérés qu’ils aient entièrement purgé leur peine ou non.

La critique sociale est activement utilisée et promue comme méthode de correction.

Les droits de la défense doivent être pleinement garantis. Personne ne sera soumis à la contrainte physique et morale, que ce soit en détention ou en prison. La torture devient un crime contre l'humanité et est punie sévèrement.

9) Religion: Considérant la religion comme une affaire privée de chaque citoyen, TKIP lutte contre les préjugés religieux, comme une partie indispensable de la transformation révolutionnaire de la culture et de l'émancipation des masses. Il montre une grande détermination, mais aussi bien la patience et l'attention dans cette lutte. Il agit en tenant compte des liens étroits et incassable entre l'élimination des restes de l'ancien ordre fondé sur l'oppression et l'exploitation et l'enracinement des préjugés religieux des masses.

10) L'Armée rouge: La formation militaire en continu de tous les hommes et les femmes de la classe ouvrière et des masses semi-prolétariennes, constitue l'une des garanties fondamentales de la défense de la révolution.

Avec la milice semi prolétarienne et prolétarienne, l'Armée rouge, pour se voir confier un rôle spécifique et temporaire dans la défense de la révolution, doit être fondée sur des principes de classe. Aucune discrimination entre les femmes et les hommes ne doit être observée dans sa formation. La forme de l'organisation de l'Armée rouge doit être telle qu’elle doit être en étroite relation et en collaboration avec les laboureurs et les unités de production, les syndicats et les organisations de Travailleurs. Les membres de l'Armée rouge prennent part à la production. La vie à la caserne doit être maintenue à un niveau minimal. La discipline dans l'Armée rouge doit être fondée sur la conscience de classe et sur la solidarité, sur les relations et les valeurs démocratiques de camaraderie; la hiérarchie ne doit pas être utilisée.

L'objectif est de transformer l'Armée rouge en une milice socialiste englobant l'ensemble du peuple en proportion de l'élimination des classes dans le processus de dépérissement de l'Etat.

Question agraire et paysan D.

1) En Turquie, les rapports capitalistes sont dominants aussi dans les zones rurales. Des restes semi féodaux survivent en particulier au Kurdistan, comme une annexe des rapports capitalistes. Le phénomène relativement répandu de petites entreprises agricoles qui mènent une lutte pour la survie dans les griffes des mécanismes de l'exploitation capitaliste et le pillage, est une caractéristique de l'agriculture turque.

2) Les petits producteurs paysans sont systématiquement exploités par des monopoles nationaux et étrangers, les grands propriétaires terriens, les banques, les commerçants et usuriers et enfin par l'État agissant au nom de la classe capitaliste tout entière. Aggravée par la petite taille des parcelles de terrain, des moyens de production primitifs et insuffisants, et par la nature défavorable des rares sources d'argent et de crédit, cette l'exploitation multiple et consternante entraine journalièrement cette strate de paysans laborieux à la pauvreté et la destruction. Seule la révolution prolétarienne peut délivrer les masses laborieuses rurales de l'exploitation et de la domination des mains du capital.

3) Conscient du fait que, sans le soutien des larges masses des Travailleurs ruraux, comprenant prolétariat rural, semi paysans prolétaires et les petits paysans, la victoire de la révolution prolétarienne ne serait pas concevable, TKIP conduit une activité systématique parmi ces couches. Il les guide dans leur lutte contre l'oppression et l'exploitation du capital.

4) Dans ses travaux dans les zones rurales TKIP repose sur prolétariat rural. Il fait attention à organiser cette couche indépendamment des autres couches laborieuses rurales, une question très importante de principe.

5) Pour s'efforcer d'obtenir l'appui des Travailleurs ruraux et en particulier du prolétariat rural et semi prolétaires et de neutraliser les couches supérieures de la paysannerie moyenne, TKIP va réaliser les exigences et les mesures suivantes dans le domaine agricole avec la victoire de la révolution:

a) La nationalisation de toutes les grandes propriétés foncières. Interdiction de la vente et l'achat de terres et leur transfert à d'autres. Satisfaction des besoins fonciers des paysans sans terre et des cultivateurs de petite échelle.

b) Elimination de toutes sortes de vestiges féodaux et de l'usure dans les campagnes. Distribution de toutes les terres assujetties à des rapports semi féodaux d'exploitation des paysans qui l’exploitent, par l'intermédiaire de comités paysans révolutionnaires.

c) L'annulation de la charge de la dette de la paysannerie à l'État, les banques, les monopoles, les propriétaires, les usuriers et les marchands. Annulation de toutes les hypothèques.

d) La nationalisation de toutes les entreprises capitalistes agricoles à grande échelle ainsi que toutes sortes d'animaux et d'outils agricoles. Le transfert de ces entreprises aux organes du pouvoir d'Etat prolétarien et les organes directeurs des assemblées de travailleurs dans un souci de créer les bases de l'économie socialiste dans l'agriculture.

e) Le travail systématique pour la promotion de l'agriculture et l'élevage. Ouverture de terres vierges à la culture, l'adoption de mesures systématiques pour l'amélioration du sol.

f) La promotion des communes agricoles. L'emploi de l'éducation, la persuasion, l'encouragement, le crédit, l'aide aux outils agricoles et aux besoins afin d'attirer les paysans en coopératives.

g) Une politique agricole visant à la réunification de l'agriculture et l'industrie coupées les unes des autres et polarisée par le capitalisme, à un niveau supérieur.

E. The National Question E. La question nationale

1) Sous le régime actuel, les droits fondamentaux de la nation kurde sont répudiés, les Kurdes et toutes les minorités nationales (Arabes, Arméniens, Grecs, Lazes, Circassiens, Géorgiens, etc) sont soumis à l'oppression nationale systématique. La domination tyrannique de la bourgeoisie Turque sur le Kurdistan est soutenue par les classes féodales kurdes bourgeoises en interne et en externe par l'impérialisme. Cet état des choses lie la question de la liberté nationale à la question de l'émancipation des paysans kurdes et donne lui une caractéristique anti-impérialiste.

2) En ce qui concerne l'oppression nationale et l'inégalité comme un reflet de l'oppression des classes et d’inégalité, TKIP part du postulat que la solution permanente et radicale à la question nationale se trouve uniquement sur le terrain de la révolution prolétarienne. Dans le cadre du programme de la révolution prolétarienne, il se bat quotidiennement pour la réalisation des exigences suivantes, qu’il doit respecter immédiatement après la conquête du pouvoir politique:

a) Elimination de toute oppression nationale, des inégalités et des privilèges.

b) Le droit de la nation kurde à l'autodétermination.

c) La pleine égalité pour toutes les langues. Abolition de la langue nationale obligatoire. Le droit à l'instruction dans la langue maternelle pour tous.

d) Fournir à toutes les minorités nationales la possibilité d'utiliser, de conserver et de développer leur langue et leur culture.

3) TKIP s'efforce de promouvoir l'unité de classe révolutionnaire et l'organisation des travailleurs de toutes nationalités dans tous les domaines et à tous les niveaux à l'intérieur d'un état donné. Il soutient, organise et mène la lutte révolutionnaire unie des Travailleurs turcs et kurdes et des Travailleurs de minorités nationales. Il mène une lutte systématique contre le chauvinisme oppresseur de la nation, ainsi que contre l'étroitesse d'esprit et le nationalisme de la nation opprimée. Toutes les autres conditions étant égales par ailleurs, TKIP est pour l’union volontaire et libre des nations.

4) Le pouvoir d'Etat prolétarien ne doit pas se contenter de la reconnaissance et la mise en œuvre de la liberté des nations et de leur pleine égalité, il doit aussi systématiquement s'efforcer d'éliminer les réelles inégalités multiples héritées du capitalisme.

 

VI

Revendications démocratique et sociales immédiates

En ce qui concerne la conquête du pouvoir politique par la classe ouvrière comme son objectif stratégique et en étroite relation avec cet objectif, TKIP mène une lutte déterminée pour la démocratique et sociale et pour les revendications immédiates des masses. Il s'efforce d'influencer les masses laborieuses du prolétariat et dans cette lutte et les gagner à la lutte révolutionnaire par l'éducation sur la base de leur propre expérience. En prenant la solution de la question de la démocratie dans le cadre de la révolution prolétarienne, TKIP permet une utilisation active des toutes les institutions et les aspirations démocratiques dans la lutte pour renverser la bourgeoisie.

Dans le cadre de cette perspective, il met en avant une série de demandes sociales immédiates et démocratiques, dont les plus remarquables sont énumérées ici:

A)

  • La liberté illimitée de la parole, de la presse, d'association et de manifestation.
  • Abrogation de toutes les lois fascistes, tels que l'état d'urgence, la loi martiale, la loi anti-terreur, la loi sur l'administration provinciale, etc ..
  • Abolition de toutes les organisations ouvertes et secrètes militariste fasciste (contre Guérilla, les forces spéciales, MIT (National Intelligence Organisation), JITEM (Bureau de renseignement de la Gendarmerie et anti-terreur et), police politique, gendarmerie, les gardes de village, etc)
  • L'abolition du MGK (Conseil national de sécurité), Centre de gestion de crise,
  • DGM (Cours de sûreté de l'État) et la juridiction militaire.
  • Une fin à la torture, la liberté de tous les prisonniers politiques.
  • Droit de l'union avec le droit de grève et de négociation collective pour tous les travailleurs. Droit illimité à la grève et la grève générale. Interdiction de lock-out.

B)

  • Abrogation de tous les secrets et traités ouverts avec les impérialistes.
  • La rupture de toutes relations avec l'OTAN, UE, OSCE, etc
  • Saisie de toutes les bases et installations militaires en Turquie.
  • La fin de l'esclavage des relations avec le FMI et la Banque mondiale impérialiste et d'autres institutions financières.
  • Arrêter le paiement des dettes étrangères. Annulation de toutes les dettes étrangères.
  • Une fin à l'occupation de Chypre.

C)

  • Travail pour tous, la sécurité d'emploi pour tous les Travailleurs.
  • Un logement suffisant sain et peu coûteux pour tous.
  • Gratuité des soins pour tous.
  • L'enseignement gratuit à tous les niveaux. L'éducation obligatoire jusqu'à l'âge de 17 ans. Une éducation scientifique, démocratique et laïque. Université autonome démocratique.
  • Une assurance générale pour tous les Travailleurs (couvrant le chômage, maladie, accident, vieillesse, etc.) Paiement des primes par l'Etat et les organisations d'employeurs. Contrôle des Travailleurs et laboureurs dans les institutions d'assurance sociale.
  • Soins et assistance pour les handicapés physiques et mentaux, les personnes âgées, les enfants abandonnés et orphelins.
  • Abolition de toutes sortes d'impôts indirects. Impôt sur le revenu progressif et impôt sur l'actif.

D)

  • L'égalité entre les femmes et les hommes dans toutes les sphères de la vie sociale.
  • La liberté de conscience et de croyance.
  • Séparation complète des affaires religieuses et des Affaires d'Etat. Dissolution de la Diyanet («Direction des affaires religieuses »). La fin de l'appui fourni par l'Etat à des institutions religieuses. La dissolution des sectes réactionnaires et les confessions religieuses. La fin des privilèges accordés aux sectes et de la répression sur les autres sectes.
  • Une fin à toutes sortes de répression réactionnaire, censure et restrictions sur la science, l'art et la culture.
  • Une fin à la destruction de l'environnement. Protection de l'environnement naturel, culturel et historique.
  • Mesures visant à encourager le sport de masse.

VIII

Protection du travail

TKIP se bat aussi pour les demandes suivantes en vue de protéger la classe ouvrière de la détérioration physique et morale et d'augmenter la force de combat et la capacité de la classe de poursuivre sa lutte pour l'émancipation:

1) 7 heure de travail par jour et une semaine de 35 heures. Une période maximale de 5 heures de travail par jour dans les branches dangereuses et insalubres de travail.

2) Une période de repos sans interruption de deux jours par semaine. 6 semaines de congés payés par an.

3) Le salaire minimum suffisant pour maintenir une vie décente, qui serait exonéré d'impôt.

4) l'égalité de salaire à travail égal.

5) Interdiction de tous les travaux supplémentaires.

6) Interdiction du travail de nuit (22 heures-6 heures) à l'exception de celui qui est nécessaire pour des raisons techniques ou pour le maintien des services sociaux. Une journée de travail de 4 heures et le paiement supplémentaire dans le travail de nuit indispensable.

7) Interdiction du travail des femmes dans les branches nuisibles à la santé des femmes, des enfants et des mères. Les femmes travailleuses doivent avoir un congé payé de trois mois avant et après l'accouchement et des soins médicaux et d'assistance. Salles d'allaitement et crèches dans tous les lieux qui emploient des femmes.

8) Interdiction de l'emploi des enfants jusqu'à 14 ans. Combinaison de la production matérielle avec l’enseignement général et professionnel. Une journée de travail de 4 heures pour les enfants de 16 à 18 ans et une journée de travail de 3 heures pour les enfants de 14 à 16 ans.

9) Liquidation de la pratique semi-féodale de l'apprentissage héritée du Moyen Age.

10) Arrangements et mesures techniques et sanitaires visant à assurer la sécurité d'emploi et un environnement de travail sain. Inspection continue de ces dispositions et mesures prises par les conseils des représentants de travail et les syndicats. Une inspection du travail mené par les représentants des travailleurs et comprenant des spécialistes techniques et médicaux.

11) Interdiction des systèmes de travail tels que la production flexible, des primes, le travail aux pièces et de sous-traitance.

12) Suppression dans la législation du travail de tous les articles défavorables pour les travailleurs agricoles.

 

VIII

Principes stratégiques et tactiques

1) La victoire de la révolution et l'édification du socialisme, ne peut être accompli que grâce à l'action des masses laborieuses unies sous la direction de la classe ouvrière. Conscient de ce fait, TKIP suit une ligne révolutionnaire de masse et défend la violence révolutionnaire de masse. Il conduit toutes les formes d'actions de masse. Il s'efforce d'éduquer les masses dans ces luttes à travers leur propre expérience et les gagner à la cause de la révolution.

2) TKIP considère les formes de lutte dans le contexte du cadre historique concret. En suivant méticuleusement le cours du développement de la lutte de masse, il tire les formes de lutte appropriées pour la période en question à travers cette observation et il généralise, organise et donne une conscience expression pour eux. TKIP n'attribue pas une portée absolue à toute forme de lutte. Il utilise tous les moyens et les formes de lutte, y compris violent et pacifique, légale et illégale, extra-parlementaires et parlementaires, selon les circonstances et le niveau de développement de la lutte de masse.

3) Compte tenu que la lutte de la révolution prolétarienne et le socialisme est la plus amère des guerres civiles du monde, TKIP mène une lutte systématique pour préparer la classe ouvrière et des travailleurs à cette lutte décisive dès le début.

4) Les syndicats sont des organisations de classe au moyen de laquelle la classe ouvrière mène sa lutte quotidienne contre le capital et ses disciplines. Toutefois, dans une large mesure, ils ont été empêchés d'exercer ces fonctions par la bureaucratie syndicale, avec ses privilèges étendus. TKIP mène une lutte systématique contre cette bande de traîtres, qui est devenue une partie de la classe capitaliste et ont été accusés d'avoir joué le rôle de l'agent du capital dans le mouvement ouvrier. Il considère la révolutionnarisation des syndicats comme un aspect primordial du processus de la révolutionnarisation de la classe ouvrière.

5) TKIP soutient tous les mouvements luttant contre l’ordre politiques socio-bourgeois établi. Il s'efforce d'unir tous ceux qui lutte pour la révolution et croient sincèrement dans le socialisme sur la base des principes et objectifs énoncés dans ce programme. Il mène une lutte déterminée contre toutes sortes de pseudo gauche bourgeoise et courants opportunistes petit bourgeois, qui nuisent et faussent la vision révolutionnaire du monde par le prolétariat, détournent et dégénèrent son action.

*** *** *** 

TKIP a recueilli l'héritage d'une riche histoire révolutionnaire chargé de succès et des échecs à la fois dans le monde et en Turquie. Ce programme repose sur les épaules de la récolte de 150 ans de socialisme scientifique érigés par Marx et Engels et développé par Lénine, et nourrie par la théorie et la pratique des socialistes de la grande révolution d’Octobre qui inaugure l'ère des révolutions prolétariennes. Une synthèse critique de la récolte révolutionnaire théorique et pratique de la Turquie sur une base scientifique, ce programme est l'aboutissement d'une lutte de principe menée contre le révisionnisme moderne, le réformisme social et le populisme petit bourgeois.

Ce programme est un drapeau de la guerre révolutionnaire levée dans le sol turc contre l’ordre mondial impérialiste capitaliste, qui a traîné l'humanité, la civilisation et l'environnement à la destruction. C'est un appel militant pour la lutte contre l’ordre capitaliste pourri et dégénéré d'exploitation et d'oppression dans la Turquie et contre l'impérialisme international qui le soutient.

TKIP demande à la classe ouvrière et Travailleurs de la Turquie et tous ceux qui sont pour la révolution prolétarienne et le socialisme à s'unir sous le drapeau déployé dans ce programme et à lutter pour les buts et les fins décrites ci-après.

« Les Communistes ne s'abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs objectifs. Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de toutes les conditions sociales existantes Que les classes dirigeantes tremblent à une révolution communiste. Le prolétariat n'a rien à perdre, sauf ses chaînes. Il a un monde à gagner. »
«Prolétaires de tous pays, unissez-vous!